1 Avril 2013, Le problème avec les changements climatiques

By 1 avril 2013Chroniques

Richard MorassePar Richard Morasse
Résident de Waterloo et président des Ami(e)s
du BassinVersant du Lac Waterloo
richard@morasse.ca

Le problème, c’est qu’ils ne se contentent pas de réchauffer l’atmosphère, ce qui pourrait réjouir plusieurs d’entre vous, mais ils affectent bien d’autres milieux, comme les océans et les lacs. Or, comme nous l’avons déjà vu, un lac est un être vivant et comme tout être vivant qu’on ne peut jamais connaître parfaitement, il nous réserve très souvent des surprises.

Ainsi, les chercheurs du département de biologie de l’université de Lund en Suède (1) ont été surpris de constater que les lacs ne réagissent pas tous de la même façon aux changements du climat; tout dépend de ce qui vit dans le lac. Par exemple, dans un lac sans poisson le réchauffement du climat produit une eau claire et sans poussées d’algues, alors que dans les lacs poissonneux, comme le nôtre, il profite aux poissons qui se nourrissent des petits crustacés qu’on appelle zooplancton. Or, le zooplancton contribue à réguler la population d’algues, alors si les poissons en mangent davantage, les algues ne sont plus mises en échec et on observe une augmentation des floraisons soudaines (blooms). Ce phénomène s’ajoute à l’excès de nutriments qui favorise la prolifération des algues.

En 2010, la prestigieuse revue National Geographic publiait les résultats de la première étude mondiale sur les tendances relatives à la température des lacs. Cette étude, réalisée par des chercheurs de la NASA (2) à partir de données recueillies par des satellites, et d’autres recherches conduites directement sur les sites, ont révélé un autre phénomène surprenant: dans plusieurs cas, la température de l’eau s’élève plus rapidement que celle de l’atmosphère. Cela peut paraître bizarre car vous avez sûrement tous constaté que l’eau du lac au printemps se réchauffe plus lentement que la température de l’air. Alors comment expliquer que certains lacs semblent se réchauffer plus vite que l’atmosphère?

C’est qu’ils intègrent les changements des autres variables climatiques comme la couverture de neige, la présence de glace, les incendies de forêt à proximité, ou l’intensité de l’activité biologique. Ainsi, la température moyenne de l’eau des lacs se réchauffe graduellement tandis que celle de l’air connait d’importantes fluctuations. C’est pourquoi certains scientifiques considèrent de plus en plus les lacs comme de bons baromètres des tendances climatiques. En somme, ils seraient comme les pauvres petits canaris qui servaient à avertir les mineurs des changements néfastes dans leur environnement.

On a vu le mois dernier que le réchauffement climatique peut avoir des effets opposés à deux endroits différents sur la planète (par exemple un réchauffement dans la région du pôle nord et un refroidissement dans l’ouest de l’Europe). De même, on constate que les changements climatiques ont des effets différents sur des écosystèmes différents selon leur contexte. Tous les lacs sont affectés par le réchauffement, mais les effets sont largement dépendants des caractéristiques de chaque plan d’eau. Alors, gare aux généralisations trompeuses, les êtres vivants sont trop complexes pour qu’on puisse appliquer partout les mêmes solutions en espérant les mêmes résultats.

Nous reviendrons sur les liens entre le réchauffement du climat et les écosystèmes lacustres comme celui du lac Waterloo, et sur les meilleures façons de s’adapter.

  1. http://phys.org/news/2012-10-lakes-react-differently-warmer-climate.html
  2. http://www.cbc.ca/news/technology/story/2010/11/24/lakes-warming-climate-change.html

Leave a Reply