Richard MorassePar Richard Morasse
Résident de Waterloo et président des Ami(e)s
du BassinVersant du Lac Waterloo
richard@morasse.ca

Quand ma blonde et moi avons décidé de quitter la région de Montréal pour venir nous établir au bord du lac Waterloo, j’étais loin de me douter que j’allais en tomber amoureux au point de m’impliquer dans les Ami(e}s et même d’en devenir le président.

Qu’est-ce qui m’a tant séduit dans notre lac, me direz-vous? C’est son immense potentiel. Notre lac, c’est comme un passage secret vers un projet collectif, notre «projet de société à nous», résidents de Waterloo. De sa santé dépendent notre santé physique, mais aussi notre santé économique, culturelle, démocratique et notre rayonnement dans notre bassin versant et dans le Québec tout entier.

Je rêve de faire de Waterloo le coin de pays le plus envie des Québécois et c’est pour vous convaincre de m’accompagner dans ce rêve que j’ai accepté avec reconnaissance, humilité et enthousiasme de rédiger cette chronique. J’ai de grands souliers a chausser car je succède a une grande pointure… Je profite de l’occasion pour remercier chaleureusement M. Robert Bourgault pour son dévouement et son excellent travail, sachant que tous ses lecteurs se joignent à moi pour lui offrir notre gratitude et nos meilleurs souhaits pour un avenir souriant.

Quand j’ai parlé de mon rêve a ma collaboratrice Andrée, elle m’a dit «wow! quel beau projet de développement durable!» C’est normal, c’est son métier… et elle voit des occasions de développement durable partout. Comme je ne m’y connaissais pas beaucoup dans le domaine, même si de nos jours on entend cette expression dans presque tous les discours, je lui ai demandé : «le développement durable, Ça mange quoi en hiver? » Sa réponse m’a surpris. Elle m’a dit : «le développement durable, c’est comme tomber en amour». Euh… mais encore? Elle a poursuivi : «Tu sais Richard, quand on devient amoureux d’une personne, on cherche à mieux la connaitre pour approfondir notre relation. Plus on connait la personne, plus elle devient importante à nos yeux et plus on a envie d’en prendre soin. II en est de même avec le développement durable. II consiste à tomber (ou retomber) en amour avec la Vie. Plus on cherche à la comprendre, plus on découvre ses secrets et merveilles, plus elle nous séduit et plus on a envie de la protéger afin que notre relation harmonieuse avec elle puisse durer toujours ».

Je souhaite par ma chronique vous faire retomber en amour avec le lac Waterloo.