ABVLW vous demande de l’appuyer dans ses démarches pour la restauration et la conservation du bassin versant du lac Waterloo.
Des actions concrètes telles que :

Le programme de retrait des sédiments;
Le nettoyage des berges;
La revégétalisation des berges;
La distribution d’arbres;
La création de seuils de rétention de sédiments.

La création de seuils de rétention de sédiments. Étant donné la position géographique du lac Waterloo à la tête de la rivière Yamaska Nord, ces actions auront un effet bénéfique sur l’ensemble du bassin versant incluant le réservoir Choinière, le Parc Yamaska ainsi que le Lac Boivin de la municipalité de Granby. Fort de votre appui, ABVLW fera les démarches nécessaires auprès des différents paliers de gouvernement et auprès de nos partenaires pour le financement et la réalisation de ces projets.

Le contexte

La ville de Waterloo a mandaté le comité des Amis du Bassin Versant du Lac Waterloo (ABVLW) afin de coordonner les efforts pour assurer la survie du Lac Waterloo.

Problématique

Les ABVLW ont pris connaissance du plus récent rapport de la firme Dessau, concernant l’analyse du rapport final du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec sur les essais de deux techniques de restauration au lac Waterloo. Ce rapport a été déposé par la firme Dessau en décembre 2010. Suite à une réunion de coordination des ABVLW, à l’analyse de ce rapport et à une présentation spéciale de la part d’un de leurs membres sur le contenu exhaustif, nous en sommes venus à la conclusion que les actions concrètes pour éviter les apports extérieurs en phosphore vers le lac Waterloo doivent continuer et même s’accélérer.

Cette orientation a notamment été confirmée et fortement appuyée par les 55 membres participants à une assemblée générale spéciale des ABVLW tenue le 20 février dernier. Cette assemblée avait pour objet de présenter et de faire valider par les membres, le projet ainsi toutes les actions qui l’entoure. Lors de cette assemblée, plusieurs élus municipaux de Waterloo et du Canton de Shefford étaient présents et ont exprimé leur appui au projet.

Le conseil d’administration des ABVLW est également en accord avec l’énoncé du rapport Dessau décembre 2010, qui stipule que la gestion des intrants en phosphore ne peut à elle seule enrayer le problème des cyanobactéries dans le lac Waterloo. L’enlèvement des sédiments au fond du lac Waterloo est devenu un incontournable afin d’éviter le largage annuel de plus 352 kg de phosphore et ce programme de retrait des sédiments doit être mis en œuvre dès le printemps 2012.

Les ABVLW doivent se doter d’un programme solide et rigoureux qui permettra le retrait des sédiments au fond du lac Waterloo d’ici la fin de l’automne 2013. Pour ce faire, nous devons établir un cahier de charge qui déterminera la technique, de même que les enjeux financiers et environnementaux liés à ce type de projet, afin de permettre la réalisation du retrait des sédiments.

Implication bénévole

Les Ami(e)s du Bassin Versant du Lac Waterloo sont une association bénévole regroupant plus de 250 membres, dont un conseil d’administration composé de 9 membres. Notre mission: Réhabiliter la santé du lac et valoriser son bassin versant avec nos partenaires.

Notre vision : offrir un lac, une rivière et un environnement sains pour le mieux-être de la population tout en laissant un bel héritage.
Nous travaillons à sensibiliser la population, à la restauration et à la conservation du bassin via des programmes d’information et d’entretien tels que : nettoyage des berges, journal de sensibilisation sur les enjeux et présentant les méthodes d’intervention, site web, revégétalisation des berges et distribution d’arbres. Dans le cadre de ce projet, nous prévoyons également ajouter des nouveautés à nos activités de sensibilisation, telles: des tournées dans les classes et une présence dans divers événements festifs.

Mission et objectif

Notre mission est de permettre à la population de retrouver la profondeur naturelle du lac Waterloo par l’épuration de celui-ci, avec les objectifs suivants:
  • Redonner aux citoyens un lac sans sédiment;
  • Respecter l’environnement lors de l’enlèvement des sédiments;
  • Respecter les contraintes administratives et budgétaires d’un tel programme;
  • Respecter les riverains/résidents qui auront à subir les travaux lors de la mise en place de ce programme;
  • Tenir compte des contraintes légales ministérielles propres à un tel programme;
  • Terminer ce programme pour décembre 2013.

Dans le cadre de toute cette démarche, l’appui de la population est également incontournable. C’est pourquoi, une approche participative et des plus active du comité permettra, dans un premier temps de mieux informer les citoyens, facilitant ainsi leur compréhension , et dans un deuxième temps, les inciter à s’impliquer davantage afin de se réapproprier leur plan d’eau.

Le lac de Waterloo est un des rares plans d’eau naturels de la Haute-Yamaska et il est considéré dans un état eutrophe. Si aucune action n’est entreprise, le lac ne sera plus accessible à la population des municipalités le bordant. Bref, la pollution contenue dans les sédiments qui se trouvent au fond du lac Waterloo a un impact négatif sur la rivière Yamaska, le réservoir Choinière, le Lac Boivin et toutes les autres activités et communautés qui se trouvent en aval.

En décembre dernier, le gouvernement du Québec a reconnu unanimement que la rivière Yamaska devait être reconnue comme un enjeu national.

Notre expertise

Les Amis du Bassin Versant du Lac de Waterloo assistent de façon stratégique le conseil de ville de Waterloo et du Canton de Shefford comme maître d’œuvre. Nous avons acquis une solide expérience qui fait référence à plus de 15 études. Nous assurons une présence et une veille technologique de ce qui se fait ici et ailleurs dans le monde afin de proposer des solutions.

Les études

*Ces études sont disponibles, pour la plupart, dans la section Situation du Lac de ce site weeb.  Contactez-nous pour plus de détails.

  1. Estimation indirecte des apports de phosphore au lac Waterloo, Ministère des Richesses Naturelles / Francine Bourasse 1976.
  2. Estimation indirecte des apports de phosphore au lac Waterloo, Ministère des Richesses Naturelles / Francine Bourasse 1977.
  3. Caractérisation de la qualité de l’eau de la rvière Yamaska Nord : Rapport complémentaire, Provencher et AI, Service de la Qualité des Eaux, Ministère des Richesses Naturelles 1979.
  4. Étude du milieu environnant du lac Waterloo, Ministère de l’environnement, Bourassa, Le Rouzès 1980.
  5. Prises de quelques paramètres physico-chimiques sur le lac Waterloo, Multi Faune 1997.
  6. Bilan des apports en phosphore au lac Waterloo en 1988, Isabelle Piché, Direction des Écosystèmes Aquatiques, Ministère de l’environnement et de la Faune 1988.
  7. Plan d’action pour l’amélioration de la qualité de l’eau du lac de Waterloo, Fournier et AI 2001.
  8. Capacité de support des activités agricoles par les rivières: le cas du phosphore total, Ministère du développement Durable, de l’Environnement et des Parcs 2005.
  9. Protocole de caractérisation de l’occupation de la bande riveraine, Version expérimentale, Ministère du Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs, Conseils Régional de l’Environnement des Laurentides 2005.
  10. Contrôle des flux de phosphore interne du lac de Waterloo : Étude de faisabilité, projet 04-436, Pro Faune 2006.
  11. Proposition pour suivi de la qualité de l’eau au lac de Waterloo pour l’année 2006, Perreault 2006.
  12. Résultat du suivi de la qualité de l’eau au lac de Waterloo pour l’année 2006, Perreault 2006.
  13. Les cyanobactéries dans les lacs québécois : Un portrait de la situation selon les chercheurs du GRIL, Groupe de recherche interuniversitaire en Limnologie et environnement Aquatique 2007.
  14. Suivi de la qualité, Lac de Waterloo, Perreault 2007.
  15. Rapport sur la qualité de l’eau, rivière Frost, principal tributaire du lac de Waterloo, Perreault 2008.

 

Dynamisation du milieu et mise en valeur du territoire

Ressources naturelles
  • Élimination des toxines chimiques et biochimiques accumulées et des sources de prolifération des algues bleues.
Ressources humaines, patrimoniales, sociales
  • Promotion des particularités et des potentialités du territoire afin d’en favoriser l’occupation dynamique ; relance de la capacité d’attrait en termes de développement résidentiel et commercial.
  • Amélioration de la position concurrentielle des commerces et industries de Waterloo par l’assurance de la pérennité de l’approvisionnement en eau et de l’offre d’un cadre de vie champêtre pour les employés, les résidents et futurs résidents du lac de Waterloo.
  • Création d’un effet multiplicateur sur d’autres secteurs d’activités et réalisation de projets au niveau local. Effet bénéfique sur les municipalités touchées et surtout l’exportation d’un modèle de réussite pour les 125 autres lacs du Québec ayant le même type de problème.
Touristiques
  • Augmentation des activités récréotouristiques et réduction des risques d’insalubrité de l’eau, relance de la pêche sportive et de l’utilisation d’embarcations légères.
  • Attrait d’une clientèle sportive en complément au cyclotourisme.
Cadre de vie
  • Élimination des risques d’infection biologique. Élimination des risques d’empoisonnement chimique. Relance de la qualité de vie résidentielle et du sentiment de fierté.
  • Élimination des odeurs, réduction des risques d’infiltration dans la nappe phréatique et de contamination du réseau d’aqueduc, amélioration de l’habitat pour la faune et la flore.
Sentiment d’appartenance
  • Partage et fierté via les multiples possibilités d’utilisation du bassin et surtout de la réussite d’un projet de décontamination.

Appui de la communauté

La municipalité de Waterloo sera le maître d’œuvre de ce vaste projet. Pour plus d’information, consulter la résolution en faveur du programme de retrait des sédiments du Lac de Waterloo votée par le conseil de la Ville de Waterloo le 20 décembre 2011.

Les citoyens et membres des ABVLW seront mis à profit dans toutes les étapes du projet. Chacun des élus, des commerçants et des intervenants communautaires appuient notre démarche de retrait des sédiments du Lac de Waterloo. Ils sont invités à devenir membres et à participer à chacun des éléments du projet en assemblées, en réunions, en comités et en entrevues. Un impact certain sur la région.

Le projet offrira un plan de gestion subséquent qui sera débattu en public et fera l’objet de l’approbation générale.

Un lac Propre, moi j’y crois…